Home International Après le coup d’Etat au Mali, Guillaume Soro lance un message fort...

Après le coup d’Etat au Mali, Guillaume Soro lance un message fort à Ouattara

Après le coup d'Etat au Mali, Guillaume Soro lance un message fort à Ouattara
Après le coup d'Etat au Mali, Guillaume Soro lance un message fort à Ouattara

L’ancien président de l’Assemblée nationale de la Côte d’Ivoire, Guillaume Soro ne cesse de s’opposer au troisième mandat du président ivoirien Alassane Ouattara. Après le coup d’Etat au Mali, Soro n’a pas tardé à envoyer un message fort à Ouattara.

Le 6 août dernier, le président ivoirien Alassane Ouattara a annoncé sa candidature pour la présidentielle prochaine en vue de briguer un troisième mandat. Mais le leader du mouvement Générations et Peuples Solidaires (GPS), Guillaume Soro continue de dire non au troisième mandat du président Ouattara. Après le coup d’Etat au Mali, l’ancien chef rebelle a, une nouvelle fois envoyé un message au président Ouattara.

Sur sa page Twitter, Guillaume a laissé lire : « La marche de l’histoire est inexorable. Certains êtres humains se croient supérieurs. Ils croient vainement qu’ils peuvent arrêter le temps. Ils pensent qu’ils peuvent déformer le cosmos! Ils croient qu’ils peuvent façonner le destin des autres. Le peuple ivoirien dira son histoire ». Il demande au président Ouattara de quitter les affaires au terme de son mandat en cours. C’est ce qu’il a fait savoir en ces termes : « Malgré toute son intelligence exponentielle, qu’il aille se reposer intelligemment!».

Bien qu’il soit condamné à 20 ans de prison par la justice ivoirienne, Guillaume Soro a la conviction qu’il sortira vainqueur de l’élection présidentielle du 31 octobre prochain. « Chers tous, la victoire nous tend la main. En Côte d’Ivoire il n’y a pas d’Homme-Dieu ! Non au 3e mandat d’Alassane Ouattara », a-t-il fait savoir. Il est à rappeler que vers la fin de l’année 2018, Guillaume Soro commence par prendre ses distances avec ses anciens amis. La garde rapprochée du chef de l’Etat lui demande alors d’adhérer au parti présidentiel ou de « rendre le tabouret ». Il a finalement démissionné le 8 février 2019.

Par la suite, Guillaume Soro fait alliance avec Henri Konan Bédié en vue de barrer la route au RHDP en 2020. Puis, il se rend en Europe, crée son parti, GPS, active ses réseaux et en octobre annonce officiellement sa candidature. Le 23 décembre 2019, il a été contraint à un exil. Le même jour, des policiers ivoiriens ont fait irruption au QG de GPS et arrêtent ses partisans. Au total,19 personnes sont déposées en prison dont 5 députés pro-Soro et deux frères de l’ancien chef rebelle.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here