Home International Assassinat de Jovenel Moise: l’haïtien présenté comme le commanditaire nie les accusations

Assassinat de Jovenel Moise: l’haïtien présenté comme le commanditaire nie les accusations

Assassinat de Jovenel Moise: l’haïtien présenté comme le commanditaire nie les accusations
Assassinat de Jovenel Moise: l’haïtien présenté comme le commanditaire nie les accusations

Haïti est toujours sous l’émoi du décès brutal de son président Jovenel Moïse, le 07 juillet dernier. Les investigations sur les circonstances de l’assassinat aussi se poursuivaient, alors que les suspects et les interpellations se poursuivaient dans la capitale Port-au-Prince. Lundi dernier, un commanditaire haïtien arrêté, un homme de 63 ans médecin et pasteur naturalisé américain.

L’homme, Christian Emmanuel Sanon, selon les autorités policières serait le chef d’orchestre de cet attentat contre les plus hautes instances du pays, qui a vu déjà près d’une quarantaine de personnes arrêtées. Mais depuis M. Sanon ne cessait de clamer son innocence, disant ne rien savoir des faits qui lui étaient reprochés.

« Je ne sais rien, rien de tout cela…»

Au total, au moins 39 personnes ont été impliquées dans l’assassinat jusqu’à présent. Et selon un gouvernement haïtien, la police haïtienne est actuellement à la poursuite de 10 nouveaux suspects locaux. Les États-Unis ont envoyé des agents supérieurs du FBI et du Département de la sécurité intérieure (DHS) pour aider à l’enquête. Le porte-parole du département d’État, Ned Price, a déclaré mardi, que les États-Unis évaluaient les demandes d’assistance du gouvernement haïtien, qui a demandé des troupes pour aider à protéger les infrastructures clés dans “un pays où règne la violence criminelle“.

Mais le fait est qu’avec le “Dr Sanon” en détention, trois citoyens américains seraient désormais liés à l’attaque. James Solages et Joseph Vincent, tous deux originaires d’Haïti et naturalisés américains, ont été arrêtés la semaine dernière. Le fait est également que la police a accusé Emmanuel Sanon d’avoir recruté les hommes qui auraient tué le président. Mais au cours de son interrogation, l’homme n’aurait pas arrêté de dire : « Je ne sais rien, rien de tout cela », niant en bloc toutes les accusations qui lui étaient portées.

« Il est venu avec l’intention de prendre la présidence de la République »

L’homme selon la presse locale est allé à la faculté de médecine en République dominicaine et a été autorisé à pratiquer en Haïti. En 2000, il a aidé à gérer des cliniques médicales en Haïti pour la Fondation Rome, une organisation à but non lucratif basée en Floride qui a déjà fermé ses portes et qui y effectuait autrefois un travail humanitaire. Le Docteur rapidement devenu pasteur, serait selon des proches, un « humanitaire véritable » et « quelqu’un qui essayait d’aider ».

Mais selon le directeur général de la Police nationale d’Haïti, Léon Charles lors d’une conférence de presse dimanche, « Il est venu avec l’intention de prendre la présidence de la République ». Le sexagénaire avait contre lui, des perquisitions au siège d’un complexe médical censé lui appartenir. Des descentes qui avaient livré des boîtes de munitions et des étuis pour fusils et pistolets, une casquette étiquetée « DEA » et quatre plaques d’immatriculation de la République dominicaine. Mais contre lui aussi des témoignages selon la police de va-et-vient récurrents, dans la clinique, d’hommes « musclés comme des gardes du corps, portant des pantalons de camouflage ».

 

La Nouvelle Tribune

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here