Home International Coronavirus: le Madagascar préfère les remèdes locaux aux vaccins

Coronavirus: le Madagascar préfère les remèdes locaux aux vaccins

Coronavirus: le Madagascar préfère les remèdes locaux aux vaccins
Coronavirus: le Madagascar préfère les remèdes locaux aux vaccins

Alors que les autorités sanitaires mondiales ont mis sur pied Covax Facility, une initiative d’accès aux vaccins contre la pandémie de coronavirus, le Madagascar ne pense pas y adhérer. Le gouvernement dit porter son choix sur les remèdes de son pays pour conjuguer le fléau.

C’était ce jeudi 26 novembre 2020 lors d’un entretien avec la Radio France Internationale (RFI) que la porte-parole du gouvernement a donné la nouvelle.

« Nous en avons discuté mardi soir en Conseil des ministres. Nous ne nous positionnons pas encore par rapport au vaccin. En d’autres termes, nous ne nous inscrivons pas sur la liste des pays futurs bénéficiaires », a expliqué la porte-parole du gouvernement, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo.

Du côté des bailleurs, ceci est un coup de semonce puisqu’ils ne s’attendaient pas à une telle décision. « Les discussions étaient encore en cours lundi. On savait que le président Rajoelina était réticent au vaccin, mais son staff essayait quand même de le convaincre. Ils avaient la possibilité de s’inscrire sur la liste des bénéficiaires jusqu’au 7 décembre, et de se rétracter ensuite s’ils changeaient d’avis », commente un responsable chez les bailleurs traditionnels.

Il faut noter que les différents bailleurs contactés par RFI le confirment : un très gros lobbying était en cours pour pousser Madagascar à adhérer à cette initiative mondiale.

« Médicalement, ne pas avoir accès au vaccin ne devrait pas être une catastrophe pour la population malagasy puisqu’elle semble avoir été assez résiliente à la maladie. Mais quand on voit les conséquences du Covid-19 sur le système de santé, sur les activités économiques et sociales du pays, on sait que le vaccin pourrait éviter la deuxième vague, qui risque, elle, d’être catastrophique économiquement pour l’île. Donc en termes de santé publique, c’est aberrant de refuser un vaccin qui ne va quasiment rien coûter à un État », a fait comprendre un expert en santé publique.

Le Vaccin ? On attend de voir

Du côté du gouvernement, les remèdes locaux sont beaucoup plus valorisés que toute autre chose. Parmi ces remèdes, le Covid Organics, un remède tant vanté par le président malgache, Andry Rajoelina. « Nous attendons de voir d’abord l’efficacité du vaccin dans les pays qui l’utiliseront en premier  », conclut la porte-parole du gouvernement.

En ce qui le concerne, Gavi, l’un des deux organismes internationaux qui coordonne le financement et l’approvisionnement en vaccins, a confirmé ce jeudi ne pas avoir encore été notifié officiellement de la décision prise par le pays de Rajoelina.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here