Home International Côte d’Ivoire: « La désobéissance civile est en marche », Bédié

Côte d’Ivoire: « La désobéissance civile est en marche », Bédié

Vers le blocage du dialogue politique: l’opposition écrit au gouvernement
Vers le blocage du dialogue politique: l’opposition écrit au gouvernement

La rencontre entre le président réélu, Alassane Ouattara, et le leader de l’opposition, Henri Konan Bédié, pourrait faire croire que tout redeviendrait comme avant. Mais avec une sortie de l’opposant, l’on peut comprendre que la désobéissance civile est toujours dans le vocabulaire même si elle est pacifique.

Si d’aucun pensent qu’après la rencontre entre l’ancien président ivoirien, Henri Konan Bédié, et l’actuel, Alassane Ouattara, tout est déjà fini pour qu’un retour à la Paix soit observé, ce n’est pas le cas. Puisque la désobéissance civile instaurée par l’opposition est toujours d’actualité.

En effet, le lundi 16 novembre 2020, le président du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié, a reçu chez lui à Cocody, son secrétariat exécutif à sa tête, Niamkey Koffi. Au cours de la séance, le président du Conseil National de Transition (CNT), Henri Konan Bédié, a rassuré ses collaborateurs de son état d’esprit et les a exhortés à maintenir la désobéissance civile, mais de façon pacifique.

« Les dirigeants politiques de l’opposition sont pourchassés, emprisonnés dans des lieux inconnus ou à domicile. Aujourd’hui, participer à la vie politique dans notre pays vous expose à la privation de votre liberté et à la mort. Ma famille et moi-même, ainsi que mes collaborateurs et tous les membres de nos plateformes politiques, comme vous le savez, avons subi et continuons de subir cette terreur orchestrée par les tenants du pouvoir », a laissé entendre le Doyen d’âge et chef de file de l’opposition, Henri Konan Bédié.

A l’en croire, la désobéissance civile sans violence affolerait le pouvoir en place et l’amènerait à une table de négociation. « La désobéissance civile non violente est en marche ! Elle effraie le pouvoir ! Elle le fera s’asseoir à la table des négociations sous l’égide de facilitateurs neutres et crédibles », fait-il comprendre aux siens, les rassurant que la lutte continue pour la libération et ce, sans conditions, de ses cadres emprisonnés par le pouvoir en place.

Rappelons qu’au lendemain du scrutin présidentiel du 31 octobre 2020, l’opposition a mis en place un Conseil National de Transition (CNT) dirigé par le Doyen d’âge, Henri Konan Bédié.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here