Home International En Chine, le business de vidéos d’enfants africains prospère

En Chine, le business de vidéos d’enfants africains prospère

En Chine, le business de vidéos d'enfants africains prospère
En Chine, le business de vidéos d'enfants africains prospère

Une vidéo d’enfants africains qui scandaient des slogans racistes en langue chinoise a suscité de vive polémique sur les réseaux sociaux. Ce business tant décrié par certains internautes, rapporte beaucoup. En effet, la rédaction de « Les Observateurs » a mené une enquête sur l’origine de cette vidéo et sur la vente de vidéos d’enfants africains sur les réseaux sociaux en Chine.

Tout a commencé par la publication d’une vidéo du youtubeur ghanéen connu sous le nom de Wode Maya publiée sur sa chaîne le 16 février dernier.
Dans cette vidéo, l’on pouvait voir un groupe de 18 enfants, tous habillés en costumes rouges sur lesquels sont dessinés des dragons blancs avec au milieu, une pancarte sur laquelle est inscrit un slogan qu’ils reprennent en chœur, “Je suis un monstre noir ! J’ai un QI très bas !”, tel est le slogan avant qu’ils se mettent à danser.

Cette vidéo qui a fait objet de critique sur les réseaux sociaux notamment sur « Weibo », l’équivalent de Twitter en Chine, Wode n’a pas caché sa colère: « cette vidéo est très agaçante….n’achetez pas ces vidéos (….) ces intermédiaires n’a aucune conscience ! ».

Selon quelques internautes, la publication qui fait objet de débat sur la toile aurait été partagée sur Weibo le 10 février dernier par un compte appelé « Club de blagues sur les Noirs ». Bien que cette publication ait été supprimée, le slogan que scandaient ces enfants en chinois continuent se s’afficher dans les moteurs de recherche.

Sur un compte dénommé « équipe de tournage de vidéos d’Africains chantant des voeux d’anniversaire”, une application de vidéos chinoises, Huoshan, l’on pouvait retrouver de nombreuses vidéos non seulement d’enfants, mais aussi d’hommes et de jeunes filles dénudées. À chaque fois le procédé est le même : le groupe répète un slogan en chinois (souvent des vœux d’anniversaire ou de bonheur) avant de se mettre à danser.

Approché par les journalistes de « Les Observateurs », le gérant de ce compte affirmé que cette vidéo avait été tournée au Malawi en 2018.
A en croire Wode Maya, les vidéos d’enfants africains se vendaient depuis au moins 2015 en Chine. De même, un article de la BBC a également recensé ces vidéos en 2017.
Soulignons qu’en général, le contenu des slogans n’a pas de caractère raciste, il s’agit plutôt de vœux ou de publicités pour des sociétés. Ensuite, ces vidéos sont vendues sur les réseaux sociaux chinois pour une centaine de yuan, la devise chinoise, soit environ une dizaine d’euros, ou plus chères si le client souhaite les personnaliser en rajoutant un prénom par exemple. Pour ce qui est des clients chinois, ces vidéos sont achetées comme un cadeau d’anniversaire pour leurs proches.
Contacté par « Les Observateurs » sur « Wechat », le whatsapp chinois, l’un des acquéreurs a proposé d’acheter une vidéo pour 109 yuan, soit 14 euros. Pour ce qui est du processus, il est rapide. Le client commande une vidéo sur Wechat en expliquant ce qu’il souhaite faire dire aux enfants, et paie via l’application. Il reçoit ensuite la vidéo en quelques jours puis en fait ce qu’il veut.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here