Home International Etats-Unis: Trump marche sur la transition de Joe Biden

Etats-Unis: Trump marche sur la transition de Joe Biden

Donald Trump : le verdict vient de tomber pour le hackeur qui a piraté son compte Twitter
Donald Trump : le verdict vient de tomber pour le hackeur qui a piraté son compte Twitter

Le président Donald Trump ne veut pas faciliter la tâche à son challenger Joe Biden. Le milliardaire républicain est en train de saboter la transition du président nouvellement élu des Etats-unis.

L’équipe de Trump veut réduire la marge de manœuvre du président Joe Biden, avant son entrée en fonction en janvier 2021. Donald Trump veut aller jusqu’au bout et a donné la même consigne à ses conseillers et ses avocats. L’objectif principal et urgent est de retarder le comptage des votes, mettre en évidence des cas de fraude et délégitimer la victoire de Joe Biden.

Pour ce faire, Rudolph Giuliani, avocat personnel de Donald Trump, à la tête d’une équipe d’avocats, fait pression sur les responsables républicains et les assemblées à majorité républicaine des États concernés pour bloquer la certification du vote, nommer leurs propres grands électeurs et perturber le vote du Collège électoral prévu le 14 décembre. Pour le moment, les recours déposés devant les tribunaux n’ont pas encore eu le succès escompté, mais la stratégie de délégitimation fonctionne.

D’un autre côté, les fausses allégations de fraude et les théories du complot, propagées avec l’aide des chaînes ultra-conservatrices Newsmax et One America News, ainsi que du réseau social alternatif ­Parler, ont imposé une réalité alternative dans la tête d’une grande partie de son électorat. D’après un sondage d’opinion Reuters-Ipsos, 52 % des républicains pensent que le républicain a « légitimement gagné » l’élection américaine du 3 novembre dernier.

Purge dans l’administration

Par ailleurs, l’autre ligne d’action est la purge des responsables jugés pas assez loyaux dans l’administration. La semaine dernière, le chef d’Etat a limogé d’un tweet, le secrétaire à la défense Mark Esper, qui s’était s’opposé au retrait accéléré des troupes en Afghanistan. De même, le mardi 17 novembre, le locataire de la Maison Blanche a licencié Christopher Krebs, directeur de l’agence de cybersécurité et de sécurité des infrastructures (Cisa). « L’élection du 3 novembre a été la plus sûre de l’histoire des États-Unis », avait-il fait savoir dans un communiqué avec d’autres autorités chargées de la sécurité du scrutin.

Contrairement à la tradition, le président Trump veut faire usage de tous ses pouvoirs durant les dernières semaines pour multiplier les initiatives en politique étrangère comme en politique intérieure. Le but visé ici est de montrer à ses supporteurs qu’il tient ses promesses et met en difficulté son successeur. « Notre but est de déclencher tellement d’incendies qu’il sera difficile à l’administration Biden de tous les éteindre », a laissé entendre un responsable de l’administration Trump, que la chaîne CNN a relayé. Environ 2 000 militaires vont être retirés d’Afghanistan d’ici au 15 janvier et 500 autres quitteront l’Irak. L’administration Trump veut aussi construire un « mur de sanctions » contre Téhéran qui compliquera la tâche de Joe Biden, s’il souhaite faire revenir les USA dans l’accord de 2015.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here