Home International Lesotho : l’ex-Premier ministre accusé d’avoir financé les tueurs de sa femme

Lesotho : l’ex-Premier ministre accusé d’avoir financé les tueurs de sa femme

Lesotho : l'ex-Premier ministre accusé d'avoir financé les tueurs de sa femme
Lesotho : l'ex-Premier ministre accusé d'avoir financé les tueurs de sa femme

A travers un document versé au dossier, la Police a accusé l’ex-Premier ministre du Lesotho, Thomas Thabane d’avoir versé une somme de 400.000 maloti (monnaie du pays, ce qui vaut 21.000 euros) aux tueurs de sa première femme en 2017.

Ne faisant pas l’unanimité même au sein de son propre parti politique à cause du décès de sa première épouse, M. Thabane a démissionné le mois dernier de ses fonctions après trois années passées à la tête du pays comme Premier ministre.

Notons que Monsieur Thabane n’a pas été formellement inculpé mais reste sous la menace des juges.

Tout comme lui, sa deuxième épouse Maesaiah Thabane, la quadragénaire, a été aussi inculpée en février dernier et placée en détention provisoire la semaine écoulée.

Mardi 09 juin 2020, dans un document remis à la justice, l’adjoint au chef de la police du royaume, Paseka Moketa, a accusé Thomas Thabane ainsi que sa deuxième épouse d’avoir payé des malfrats afin qu’ils tuent en 2017, sa première femme.

« (Le couple) voulait tuer la victime de façon à ce que (Maesaiah Thabane) puisse devenir la Première dame », a écrit le policier. A l’en croire, c’est l’ancien Premier ministre qui a « lui-même désigné la résidence de la victime » aux malfrats. Pour l’homme en uniforme, M. Thabane et sa deuxième épouse avaient promis aux assassins de sa deuxième moitié, une somme équivalente à près de 160.000 euros. Une somme à verser en plusieurs tranches, et ceci de façon mensuelle.

« Ils devaient été payés en liquide (…) et par le biais d’emplois s’ils parvenaient à exécuter la victime avant l’investiture du mis en cause en tant que Premier ministre », précise le document.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here