Home International RHDP: après les décès de HamBak et Gon, la tension monte au...

RHDP: après les décès de HamBak et Gon, la tension monte au sein du parti

RHDP: après les décès de HamBak et Gon, la tension monte au sein du parti
RHDP: après les décès de HamBak et Gon, la tension monte au sein du parti

Les militants du RHDP (parti au pouvoir) sont complètement désemparés depuis les décès brusques des Premiers ministres Amadou Gon Coulibaly et Hamed Bakayoko (Hambak).

« Le RHDP veut-il vraiment garder le pouvoir en 2025? », s’interroge un militant du parti

Le 02 mai 2020, le Premier ministre ivoirien d’alors et candidat désigné du RHDP à l’élection présidentielle d’octobre 2020, Amadou Gon Coulibaly, était transféré d’urgence vers la France pour « un contrôle médical ». Après deux mois de soins appropriés à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière de Paris, l’ancien secrétaire général de la présidence de la République est retourné en Côte d’Ivoire le 02 juillet de la même année avant de succomber des suites d’une crise cardiaque en plein conseil des ministres le 08 juillet 2020. Intérimaire depuis l’évacuation d’Amadou Gon Coulibaly vers la France, Hamed Bakayoko a été confirmé fin juillet 2020, par décret présidentiel d’Alassane Ouattara, avec en cumul le poste de ministre d’Etat, ministre de la Défense qu’il occupait avec brio depuis 2017.

« Le président de la République a procédé ce jeudi 30 juillet 2020 à la signature d’un décret portant nomination de M. Hamed Bakayoko en qualité de premier ministre, chef du gouvernement, ministre de la Défense», stipulait le communiqué lu par Patrick Achi, alors secrétaire général de la présidence. Mais les choses vont mal tourner lorsque le jeudi 18 février, l’on apprend d’un communiqué de la Présidence, que le Premier ministre ivoirien, Hamed Bakayoko, a été évacué à Paris (France) pour des raisons de santé et qu’il devrait y effectuer une série d’analyses médicales, puis observer un repos avant de rejoindre Abidjan plus tard. Malheureusement, le chef du gouvernement ivoirien ne se remettra plus jamais.

« J’ai l’immense douleur de vous annoncer le décès, du Premier Ministre, Hamed Bakayoko, Chef du Gouvernement, Ministre de la Défense, ce mercredi 10 mars 2021, en Allemagne, des suites d’un cancer », va annoncer le chef de l’État de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara. Les décès d’Hamed Bakayoko et d’Amadou Gon; deux piliers du régime Ouattara, constituent une grosse perte pour la Côte d’Ivoire dont-ils étaient des acteurs clés du processus de réconciliation nationale en cours dans le pays, mais surtout pour leur parti politique le RHDP qu’ils portaient à bout de bras. Même s’ils avaient chacun des méthodes de fonctionnement, différentes, il faut dire qu’Amadou Gon et Hamed Bakayoko avaient un point commun: la générosité.

Y a-t-il encore au RHDP des cadres comme Amadou Gon et Hamed Bakayoko?

En plus d’avoir permis à nombreux jeunes d’obtenir des financements pour leurs projets, ils aidaient constamment plusieurs familles démunies à subvenir à leurs besoins vitaux. «Hamed BAKAYOKO a donné une seconde chance de vie à de nombreux jeunes en finançant leurs projets ; Ainsi, ce sont de nombreux jeunes qu’Hamed BAKAYOKO a aidés à se prendre en charge (…) Hamed BAKAYOKO était un homme ouvert et humble. Malgré son ancrage politique au RDR puis au RHDP, il transcendait les clivages politiques et parlait avec tout le monde, quels que soient les partis politiques ; Hamed Bakayoko transcendait aussi les clivages ethniques et régionaux. Marié à une femme du sud, ressortissant de Séguéla, il avait des amis et des collaborateurs dans toutes les régions du pays (…) Malgré son ascension sociale, Hamed Bakayoko avait du respect et de la considération pour tout le monde, quelle que soit la condition sociale ; La situation sociale des uns et des autres n’a jamais été déterminante dans ses rapports avec les autres ; Il parlait aussi bien au riche qu’au pauvre ; Il pouvait déjeuner dans un restaurant huppé comme aller manger son Garba chez Alice à Marcory où dans un gloglo comme on le dit chez à Abobo ou en marge des réunions ministérielles à Yamoussoukro », avait témoigné Mamadou Touré.

Or, que se passe-t-il au RHDP depuis les décès d’Amadou Gon Coulibaly et d’Hamed Bakayoko? Il ressort que les militants se sentent livrés à eux-mêmes, n’ayant plus personne pour les aider, alors qu’au cours d’une réunion du RHDP à Abidjan, le chef de l’Etat Alassane Ouattara, par ailleurs président du RHDP, appelait les cadres du parti au pouvoir, à renouer avec le terrain et surtout à faire preuve d’une plus grande générosité à l’image d’Hamed Bakayoko. L’abandon des militants par les cadres actuels du RHDP, suscite la colère de Souley Moustapha qui se demande si ‘’le RHDP veut-il vraiment garder le pouvoir en 2025’’.

« Certes nous sommes des militants mais, par moment, il faut qu’on dise ce qui ne va pas réellement. Les Premiers Ministres Amadou Gon et Hambak dépensaient des millions par mois dans le social pour soutenir des milliers de familles et des jeunes à travers le pays. Helàs, mille fois hélas! Depuis la disparition des deux GÉANTS jusqu’aujourd’hui malheureusement, nous constatons que nous n’avons plus de cadres qui restent sensibles aux préoccupations et supplications des militants », déplore l’ancien filleul du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

Puis il ajouter: « AGC et Hambak, malgré leurs occupations, décrochaient les appels et répondaient aux SMS. Y a-t-il encore au RHDP des cadres de leur acabit? Tout n’est pas forcément une affaire d’argent mais la moindre des choses, il faut qu’il y ait de la considération ». Pour Souley Moustapha, si le RHDP veut réellement conserver le pouvoir, ‘’nos responsables RHDP doivent revenir sur terre pour mieux comprendre les cris de coeur des militants’’.

Afrique-sur7

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here