Home Justice Bénin: Sunday Igboho se prononce depuis sa cellule

Bénin: Sunday Igboho se prononce depuis sa cellule

Bénin: Sunday Igboho se prononce depuis sa cellule
Bénin: Sunday Igboho se prononce depuis sa cellule

Dans un audio publié par BBC Yoruba, l’activiste nigérian Sunday Igboho qui milite pour la création de l’Etat Yoruba dans le sud-ouest du Nigéria, et passe depuis plus d’un mois, ses jours à la prison civile de Cotonou, s’est montré serein et confiant. Il espère recouvrer bientôt la liberté.

Arrêté par les membres de la Brigade criminelle le 19 juillet à Cotonou, l’activiste nigérian Sunday Igboho est depuis, incarcéré à la prison civile de Cotonou, en République du Bénin. Dans le dernier jugement, la Cour d’appel de Cotonou a ordonné son maintien en détention. Muet depuis son arrestation, l’activiste a fait une déclaration qui a été publiée par BBC Yoruba. Comme à son habitude; Sunday Igboho s’est montré confiant et semble n’éprouver aucune crainte quant-à une éventuelle extradition vers le Nigéria.

« Même si c’est au Nigeria qu’ils veulent m’emmener, je n’ai pas peur. Au moins Nnamdi Kanu est là, on se bat tous les deux pour la même cause. S’ils veulent me ramener au Nigeria, pas de problème. Ce n’est pas le pouvoir du gouvernement béninois qui m’a fait être ici, c’est parce que Dieu l’a voulu comme ça. Et je suis sûr que Dieu me libérera bientôt de prison même si tous les avocats disent qu’ils ne sont pas prêts à me défendre à nouveau », a déclaré l’activiste nigérian.

« Je suis toujours cet homme fort avec qui compter »

« Je n’ai plus peur de rien ni de personne. Si c’est le Nigeria, qu’ils m’y emmènent », a insisté Sunday Igboho. « C’est à cause de la situation des choses, je suis un homme, je suis un homme d’un million, je jure devant Dieu. Même quand il n’y a aucun homme nul part, je suis toujours cet homme fort avec qui compter », a-t-il rassuré.

L’activiste a par ailleurs glissé une mise en garde dans son audio cité par The Nation: « Je peux jouer à l’idiot avec tout le monde, mais le jour où je montrerai mes couleurs, ils ne pourront pas me contenir. Le jour où j’ai changé pour eux, je leur ai proposé de me tuer ou de changer ma cellule, et ils l’ont fait parce qu’ils (…) ils savaient que je pensais ce que je disais. Mon cheminement dans la vie est entre moi et mon Dieu, j’ai accepté mon destin là où je suis actuellement. Je n’ai plus peur de rien, sauf de mon Dieu« .

« Association de malfaiteurs se préparant à commettre des crimes au Bénin »

Déjà un mois derrière les barreaux pour Sunday Igboho arreté par la police béninoise. Activement recherché au Nigéria, l’activiste Sunday Igboho, qui milite pour la création d’un Etat « Yoruba » dans le sud-ouest du Nigeria et connu pour ses discours incitant à la haine ethnique, a fui vers le Bénin, où il a été arrêté dans la nuit du lundi 19 juillet, alors qu’il s’apprêtait à voyager vers l’Allemagne. Selon la chronologie des faits, il a été auditionné par la police criminelle puis, présenté à la Cour d’appel de Cotonou le jeudi suivant son arrestation.

Au terme du procès, la cour a décidé du report de l’audience au lundi 26 juillet 2021, renvoyant le dossier à la brigade criminelle. La garde à vue de Sunday Igboho a donc été prorogée en attendant la présentation des charges par le gouvernement nigérian qui demande son extradition. Le lundi 26 juillet, le juge des libertés a pris une ordonnance pour le placer sous mandat de dépôt.

Parallèlement, l’activiste a été mis en examen « pour association de malfaiteurs se préparant à commettre des crimes au Bénin », alors qu’il n’a passé que 24 heures sur le territoire béninois, selon son avocat. Depuis, Sunday Igboho passe ses jours derière les barreaux à la prison civile de Cotonou. Pour rappel, le Nigeria l’accusait de « trafic d’armes de guerre, appel à insurrection et atteinte à la sûreté ».

BWT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here