Home Justice CRIET – Affaire 39 ha: des conseillers acquéreurs se justifient à la...

CRIET – Affaire 39 ha: des conseillers acquéreurs se justifient à la barre

CRIET - Affaire 39 ha: des conseillers acquéreurs se justifient à la barre
CRIET - Affaire 39 ha: des conseillers acquéreurs se justifient à la barre

Comme annoncé, le procès de l’ex-maire d’Abomey-Calavi, Georges Bada, et de ses coaccusés dans l’affaire 39 hectares se poursuit ce mardi 27 juillet à la CRIET. L’audience ouverte avec de nouvelles auditions.

L’affaire 39 hectares à Abomey-Calavi est loin de livrer tous ses secrets. Malgré les nombreuses auditions lors des audiences précédentes, subsistent encore des zones d’ombre dans l’affaire. Le président de céans, Guillaume Laly, à l’ouverture de l’audience de ce mardi a donc décidé de poursuivre les auditions des mis en cause. Le président souhaite entendre les conseillers communaux sur leur motivation sur le vote en faveur de la décision de justice relative au dédommagement de dame Kpohinto. Le vote du conseil communal en faveur de la décision aurait été suscitée contre récompense en terme de parcelles.
Appelé à la barre pour s’expliquer des parcelles dont il est le propriétaire, le conseiller Victor Adimi n’a pu apporter les preuves de leur acquisition. « Je menais des démarches parce qu’il fallait remplir des formalités à la mairie », s’est défendu l’ancien conseiller communal. Ex-adjoint au maire, Julien Honfo a également appelé à apporter la preuve de l’acquisition de parcelles. A la barre, l’ancien adjoint au maire a déclaré avoir versé une somme de deux millions pour l’achat de parcelles. Mais il n’a pu donner des éléments prouvant le versement de cette somme.
Désiré Hounmavo, ex-chargé de mission de l’ancien maire Georges Bada s’est aussi expliqué à la barre. Dans une précédente déposition, l’ex-chargé de mission expliquait que l’ancien Chef d’arrondissement d’Abomey- Calavi centre, Bernard Hounsou, lui a confié qu’il a vendu 15 parcelles avant le vote du conseil communal avec les sous qui ont permis d’intéresser les conseillers. Mais à la barre, il est revenu sur ses propos. Devant la Cour, il indique que c’est plutôt après le vote du conseil communal que les 15 parcelles ont été vendues.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here