Home Justice Mort suspecte d’enfant à Dangbo: l’affaire classée sans suite

Mort suspecte d’enfant à Dangbo: l’affaire classée sans suite

La 3 substitut du procureur qui a reçu les parties n'a pas donné suite à cette denmande de la Fondation. Le parquet, apprend-on, a justifié, entre autres, sa position par le fait que l'enfant ait été déjà inhumé. Cette décision ne satisfait pas la Fondation Omoloto qui, selon les informations de Banouto, entend saisir un juge d'instruction. Ceci, dans le but que la justice permette d'élucider cette mort suspecte.
La 3 substitut du procureur qui a reçu les parties n'a pas donné suite à cette denmande de la Fondation. Le parquet, apprend-on, a justifié, entre autres, sa position par le fait que l'enfant ait été déjà inhumé. Cette décision ne satisfait pas la Fondation Omoloto qui, selon les informations de Banouto, entend saisir un juge d'instruction. Ceci, dans le but que la justice permette d'élucider cette mort suspecte.

Le parquet près le tribunal de Porto-Novo a classé sans suite le dossier relatif à la mort suspecte d’un adolescent de 13 ans à Dangbo. En garde à vue, le père et le pasteur ont été relaxés. La Fondation Omoloto, plaignante, n’est pas satisfaite.

Il n’y aura pas de poursuite dans le dossier de mort suspecte d’enfant à Dangbo. Le parquet près le tribunal de Porto-Novo représenté par la 3 substitut du procureur de la République a décidé de classer le dossier sans suite. Cette décision a été prise lors d’une présentation des différentes parties mardi 10 août 2021 devant le parquet. En garde à vue, le père de l’enfant et le pasteur où est survenue la mort de l’adolescent le 31 juillet ont été relaxés. Les deux hommes ont été interpellés dimanche 8 août après une plainte de la Fondation Omoloto Meriadeck. L’organisation internationale humanitaire a porté plainte contre le père de l’enfant et le pasteur pour «assassinat » après le décès de l’adolescent dans des « situations douteuses ». Dans la plainte qu’elle a déposée, la Fondation a expliqué que l’enfant est mort après avoir consommé du haricot que lui a servi sa marâtre. L’enfant, quelque temps après son décès, aurait eu le ventre ballonné et son corps serait devenu noir avant son décès. La Fondation Omoloto Meriadeck suspecte une mort par empoisonnement et a, dans sa plainte, demandé au procureur d’ordonner une autopsie.
La 3 substitut du procureur qui a reçu les parties n’a pas donné suite à cette demande de la Fondation. Le parquet, apprend-on, a justifié, entre autres, sa position par le fait que l’enfant ait été déjà inhumé. Cette décision ne satisfait pas la Fondation Omoloto qui, selon les informations de Banouto, entend saisir un juge d’instruction. Ceci, dans le but que la justice permette d’élucider cette mort suspecte.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here