Home Justice Procès de Joël Aïvo : les deux décisions que le juge pourra...

Procès de Joël Aïvo : les deux décisions que le juge pourra rendre ce mercredi

Procès de Joël Aïvo : les deux décisions que le juge pourra rendre ce mercredi
Procès de Joël Aïvo : les deux décisions que le juge pourra rendre ce mercredi

Le professeur du droit constitutionnel, Joël Aïvo, et ses avocats seront à nouveau, ce mercredi 5 août 2021, devant le juge de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET), qui aura à se prononcer sur une requête du ministère public et une demande de mise en liberté provisoire des avocats de l’accusé.

Ouvert le jeudi 15 juillet dernier avant d’être renvoyé au jeudi 5 août, le procès du candidat recalé du Front pour la restauration de la démocratie (FRD) à l’élection présidentielle du 11 avril 2021 va entamer sa seconde phase.

La nouvelle orientation que prendra le dossier dépendra de la décision que rendra le juge des céans au cours de l’audience de demain.

En effet, à l’ouverture du procès le 15 juillet dernier, le ministère public, représenté par le procureur spécial de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme, Mario Mètonou, a demandé au juge de se déclarer incompétent et de renvoyer le dossier en instruction.

Une requête qui a suscité l’indignation des avocats du prévenu, qui n’ont pas commis cette demande, alors qu’aucun débat dans le fond n’avait été fait sur le dossier.

Soupçonnant des subterfuges pour maintenir leur client en prison, les avocats après concertation ont fait une demande de mise en liberté provisoire pour l’accusé.

Face aux deux demandes, le juge des céans en renvoyé le dossier au 5 août.

Ainsi, à l’ouverture du procès ce jeudi, le juge doit d’abord statuer sur les deux points. Ira-t-il du côté du procureur Mario Mètonou en renvoyant le dossier à l’instruction? Donnera-t-il suite à la requête des conseils du professeur Joël Aïvo ?

La décision du juge sur ces deux points est vivement attendue au cours de l’audience qui va s’ouvrir ce jeudi 5 août à la cour spéciale à Porto-Novo.

Retour sur le procès du 15 juillet

A l’ouverture ce jeudi 15 juillet 2021 du procès de blanchiment de capitaux et d’atteinte à la sûreté de l’Etat, le professeur Joêl Aïvo et ses co-accusés ont plaidé non-coupables.

Ayant alors pris la parole, le procureur spécial Mario Elemn Mètonou demanda au juge de se déclarer incompétent et d’envoyer le dossier en instruction.

Il justifie sa position par le fait que l’un des suspects serait en fuite. Réaction des avocats des prévenus qui sollicitent quelques minutes pour se concerter.

Requête accordée. Les avocats se retirent et se concertent. Procès suspendu. A la reprise, les avocats contre-attaquent la demande du procureur spécial.

Selon Me Robert Dossou, en matière pénale, le juge est appelé à statuer sur les faits.

“…Le juge dois écouter les faits, instruire le dossier avant de savoir si la qualification donnée par le ministère public est exacte ou non“; a-t-il confié à la presse à la fin de l’audience du 15 Juillet.

A la suite de Me Robert Dossou, Me Adote, venu d’Arusha, estime que Joël Aïvo à été mis en détention depuis trois mois et il n’est pas normal qu’on demande de retrouver le prévenu absent avant de statuer sur les faits.

Il demande ensuite pour son client une remise en liberté provisoire au nom de son statut et de sa représentativité.

Mais le juge des céans a décidé du renvoi du dossier au 5 Août prochain. A cette date, il va se prononcer sur les demandes du procureur Mètonou et sur la demande de mise en liberté provisoire.

BWT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here