Home Politique Bénin – Disparition de l’ONASA: le gouvernement justifie

Bénin – Disparition de l’ONASA: le gouvernement justifie

Bénin - Disparition de l'ONASA: le gouvernement justifie
Bénin - Disparition de l'ONASA: le gouvernement justifie

A l’issue du conseil des ministres du mercredi 07 juillet 2021, le gouvernement béninois a décidé de la suppression de l’Office national d’appui à la sécurité alimentaire (Onasa). Interrogé sur la question à travers l’émission web « Rendez-vous avec le Porte-parole », diffusée ce vendredi 09 juillet 2021, Wilfried Léandre Houngbédji a donné les raisons qui ont conduit à une telle décision.

Est-ce que le Bénin regrette la disparition de l’Onasa du fait de la situation des prix sur le marché? “Non!”, a rétorqué le porte-parole du gouvernement vendredi aux internautes. Selon Wilfried Léandre Houngbédji, il faut d’abord se poser la question de savoir : “Pourquoi en sommes-nous arrivés à la disparition de l’Onasa?”. Et c’est d’ailleurs à cet exercice qu’il s’est attelé en répondant tout simplement que c’est parce que “l’Onasa tout comme la plupart des entités qui avaient été créées dans notre pays était mal géré”.

Pour lui, “il ne se justifiait objectivement pas, que l’office soit maintenue dans le contexte qui a prévalu avant sa disparition”. C’était également l’occasion pour le porte-parole du gouvernement, de revenir sur le rôle capital que jouait l’Onasa: constituer des stocks tampons pour venir sur le marché en temps de soudure. Après ce rappel, il a  souligné que la situation que le Bénin traverse actuellement n’était pas une soudure. Car explique Wilfried Léandre Houngbédji, “la soudure suppose que les produits ne sont pas disponibles ou le sont en très petites quantités, qui n’arrivent pas à satisfaire la demande”. Là, il a vanté les mérites de la politique agricole mise en oeuvre depuis l’avènement du régime de la rupture.

Grâce à la politique que nous avons mise en oeuvre depuis cinq ans, l’agriculture béninoise est de plus en plus performante. Non seulement nous produisons des spéculations destinées à l’exportation mais en plus, dans le domaine des produits vivriers, nous avons fait des pas importants.

Wilfried Léandre Houngbédji 

Le Bénin, 2ème producteur de vivriers dans l’espace Uemoa depuis 2018

Face aux internautes, le porte-parole du gouvernement a expliqué que le gouvernement du Président Patrice Talon, n’encourage pas uniquement la production du karité, du cajou, du coton en donnant des engrais spécifiques. A l’en croire, il est aussi pris en compte, la production des produits vivriers avec la mise à disposition des engrais qu’il faut. Et c’est d’ailleurs, ce qui a valu pour le Bénin, la position de deuxième producteur de vivriers dans l’espace Uemoa depuis 2018.

En revanche, Wilfried Léandre Houngbédji conclu donc que “la situation actuelle n’est pas due à une soudure éventuelle, mais plutôt à une forte spéculation liée elle-aussi à la forte demande, à la forte pression que certains pays, certains exportateurs exercent sur la production nationale”.

Africaxo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here