Home Politique Cyberattaques : Joe Biden prêt à aller en guerre

Cyberattaques : Joe Biden prêt à aller en guerre

Cyberattaques : Joe Biden prêt à aller en guerre
Cyberattaques : Joe Biden prêt à aller en guerre

Ces derniers temps, les Etats-Unis ont été la cible de nombreuses demandes de rançon et autres blocages de ses services publics en raison de plusieurs cyberattaques et Joe Biden ne veut plus que les choses évoluent de cette manière. Il a averti mardi que si les États-Unis se retrouvaient dans une « vraie guerre de tir » avec une « grande puissance », cela pourrait être le résultat d’une cyberattaque importante contre le pays. Washington a le plus souvent accusé la Russie et la Chine d’être à l’origine de ces menaces croissantes.

La cybersécurité est devenue la première priorité de l’administration Biden après qu’une série d’attaques contre des entités telles que la société de gestion de réseau SolarWinds, la société Colonial Pipeline, la société de transformation de viande JBS et la société de logiciels Kaseya ont nui aux États-Unis bien au-delà des simples entreprises piratées. Certaines des attaques ont affecté l’approvisionnement en carburant et en nourriture dans certaines parties des États-Unis.

“Causer des dommages et des perturbations dans le monde réel”

« Je pense qu’il est plus que probable que nous finirons, si nous nous retrouvons dans une guerre, une véritable guerre de tir avec une puissance majeure, ce sera la conséquence d’une cyberattaque de grande conséquence et cela augmente de façon exponentielle, les capacités », a déclaré Biden au cours d’un discours lors d’une visite au bureau du directeur du renseignement national (ODNI). « Nous avons vu comment les cybermenaces, y compris les attaques de rançongiciels, sont de plus en plus capables de causer des dommages et des perturbations dans le monde réel » a ajouté le président.

Lors de son discours devant environ 120 employés de l’ODNI et hauts responsables, Biden a également remercié les membres des agences de renseignement américaines, a souligné sa confiance dans le travail qu’ils font et a déclaré qu’il n’exercerait pas de pression politique sur eux. « Je ne politiserai jamais le travail que vous faites. Vous avez ma parole là-dessus », a-t-il déclaré. « C’est trop important pour notre pays », a-t-il déclaré. L’ODNI supervise 17 organisations de renseignement américaines.

LNT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here