Home Société Affaire 2.5 T de cocaïne : Mario Mètonou réagit enfin

Affaire 2.5 T de cocaïne : Mario Mètonou réagit enfin

Affaire 2.5 T de cocaïne : Mario Mètonou réagit enfin
Affaire 2.5 T de cocaïne : Mario Mètonou réagit enfin

A l’issue d’une assemblée générale extraordinaire tenue le samedi 6 Novembre 2021, les avocats au barreau béninois ont décrété une grève de 72 heures. Ils dénoncent l’humiliation infligée à l’un de leurs confrères. A la faveur d’un point de presse ce mardi 9 Novembre, le procureur spécial de la cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET), Mario Mètonou a donné des clarifications sur le dossier.

Dans une déclaration de presse tenue ce mardi 9 Novembre, le procureur spécial de la cour de répression des infractions économiques et du terrorisme a donné des clarifications sur ce qui a conduit la police à interpeler l’avocat objet de la grève de 72 heures lancée par l’ordre national des avocats du Bénin. Cette déclaration de presse vise à éclairer la lumière de l’opinion nationale sur ce qui s’est passé et qui a suscité l’indignation des avocats.

Le mercredi 29 Septembre 2021, explique le procureur spécial dans sa déclaration, un peu après 15 heures, les agents de la police Républicaine qui venaient de découvrir 2,575 tonnes de cocaïne dans un entrepôt sis au PK10 route de Porto Novo ont fait venir sur le lieu le propriétaire de l’entrepôt aux fins d’identification et de constatations contradictoires. Ce dernier s’est présenté sur le lieu à bord de son véhicule et avait en sa possession tous les téléphones portables étant entendu qu’en ce moment là, il n’était pas encore en état d’arrestation, a indiqué le procureur dans sa déclaration.

Ayant reçu des informations très précises sur les propriétaires de la cargaison, un cartel très violent avec des méthodes expéditives, j’ai ordonné la mise en place d’un double cordon de sécurité autour des lieux. L’équipe a été renforcée par des militaires armés, précise le procureur.

L’avocat interpellé pour son comportement défiant et suspect …

Poursuivant sa déclaration, le procureur spécial de la cour de répression des infractions économiques et du terrorisme a fait savoir que c’est dans ce contexte que le chef de l’équipe d’intervention a aperçu au loin un individu en pleine interaction avec ses hommes. Celui-ci vient de franchir le premier cordon de sécurité , indique le procureur et forçait le second en dépit de l’opposition des forces de l’ordre.

Le chef d’équipe s’est alors approché pour lui notifier qu’il ne pouvait rester sur les lieux. En guise de réponse, il lui a opposé une violence d’abord verbale puis physique, précise le procureur dans sa déclaration. L’individu soutenait qu’il était le conseil du propriétaire des lieux et qu’à ce titre, il a le droit d’être là. Il fut sorti du périmètre de sécurité par les éléments de la police républicaine mais à leur surprise, il s’est mis à filmer l’opération.

C’est le comportement de l’avocat précise le procureur qui a semé la confusion d’autant plus que la personne concernée par l’entrepôt a signalé qu’il n’avait demandé le service d’aucun avocat. C’est alors qu’il (l’avocat) a été conduit au commissariat d’Ekpè pour les besoins de l’enquête, précise le procureur dans sa déclaration.

BWT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here