Home Société Bénin: 09 arrestations après la bastonnade d’une veuve et de son amant...

Bénin: 09 arrestations après la bastonnade d’une veuve et de son amant à Bopa

Bénin: 09 arrestations après la bastonnade d'une veuve et de son amant à Bopa
Bénin: 09 arrestations après la bastonnade d'une veuve et de son amant à Bopa

Ce mardi 09 novembre 2021, deux amoureux ont été ligotés et bastonnés par la population à Possotomè. Informée, la direction départementale des Affaires Sociales et de la Microfinance du Mono a été saisie et 09 personnes ont été interpelées.

Une veuve et son amant ont été ligotés et lynchés à sang, pour avoir eu des rapports s3xuels. Les faits se sont déroulés au Village de Ouassa-Kpodji dans l’arrondissement de Possotomè et plusieurs auteurs de cette barbarie sont arrêtés par la police Républicaine.

Selon les informations, une femme de soixante environ et un jeune de 40 ans ont été ligotés et sauvagement battus par la population, en l’occurrence par les adeptes de Zangbeto, ce matin à la place publique du village attenante à l’usine Sobebra.

Il leur est reproché d’avoir eu des relations sexuelles, une relation amoureuse entre deux adultes pourtant consentants. Info au Zénith informe qu’il y a quelques jours, la veuve est allée nuitamment chez son fiancé, un jeune homme qui frise déjà la quarantaine. Une personne qui avait eu vent de cette idylle naissante, l’a suivi jusqu’à sa destination.

Une information qu’il ‘a pas tardé à filer aux adeptes de Zangbeto de la localité. Or, selon une tradition séculaire du village, les relations sexuelles extra-conjugales sont interdites. “Une femme originaire du milieu, qui a perdu son mari ou qui a divorcé d’avec son mari, n’a plus le droit d’avoir un amant ou de convoler en secondes noces avec un autre homme dans le village”, explique un témoin de la scène.

A genoux, le torse nu, au milieu d’une foule déchaînée et qui riait à gorge déployée

Pour lui, tout contrevenant à cette loi inique qui date de Mathusalem s’expose de ce fait à la colère des dignitaires, notables et têtes couronnées du village. Ainsi, ils sont convoqués sous l’arbre à palabres ou la paillote “les fautifs”.

L’air contrit et avec une mine de chiens battus, ils étaient à genoux, le torse nu, au milieu d’une foule déchaînée et qui riait à gorge déployée. On pouvait voir sur leurs dos ensanglantés, les traces de chicotte et de lanière. La scène se passait dans une ambiance festive, à l’indifférence des badauds venus assister à ce spectacle désolant. Quelle ignominie”

Après le bastonnade, l’homme et la femme ont été sommés de payer une importante somme d’argent, de donner aux ”anciens” 4 bouteilles de Sodabi et de boissons sucrées avant d’être banni du village. La femme, la principale ”accusée” dans cette affaire selon le verdict des chefs de file de cette scène de torture, est interdite de parler avec quelqu’un, de sortir de chez elle si elle doit rester dans le village.

Il a été également interdit à toute personne d’acheter chez elle ou de lui vendre un article ou une marchandise de quelque nature que ce soit.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here