Home Société Bénin : Les églises « vendeurs de Dieu » font de bonnes...

Bénin : Les églises « vendeurs de Dieu » font de bonnes affaires

Mercredi 12 avril, 11 heures 30 minutes, Dans l’un des feux tricolores de la ville de Cotonou, capitale économique du Bénin, deux individus, pamphlets à la main, prêchent la bonne nouvelle. Dégoulinant de sueur en raison des 33°C ils invitent les riverains à « accepter le seigneur » dans leur vie et à « la repentance face à un monde en perdition et en contestation avec les voies de Dieu ». Ils distribuent volontiers des affichettes à l’indication d’une église qui veut bien les prendre. L’église en question est située à 200 mètres environ du lieu du « spectacle ».

Une petite pièce de 25 mètres carrés. A l’intérieur, un pupitre de fortune, trois microphones, huit bancs, deux petits paniers et à l’extrême gauche de Ia pièce, des instruments de musique. Cette église s’est implantée il y a environ six mois dans un des quartiers populaires de la ville. Une unité naissante en plein recrutement de fidèles dont la stratégie de mobilisation consiste à envoyer des émissaires dans les marchés, aux feux tricolores et autres lieux de commerce pour évangéliser, prier pour les populations et ce faisant, amener vers l’église, d’éventuels fidèles.

Trois mois que dure l’exercice selon Prosper Ahinon, un des « missionnaires » et porte petitement ses fruits. Au départ, huit fidèles ont inauguré l’espace, son premier responsable, un pasteur de nationalité étrangère, ses deux fils et sa femme, son chauffeur et plus deux autres fidèles dont un instrumentiste débauché dans une autre église. En quelques semaines d’activisme, cette nouvelle église compte déjà 36 fidèles. Mais « elle poursuivra sa mission », annonce fièrement son géniteur. L’orientation spéciale de cette église, « c’est de combattre les esprits méchants qui empêchent la prospérité ». Un objectif que le fondateur de la mission confesse avoir réussi dans son propre pays, le Congo et dans d’autres pays voisins avant de mettre le cap sur le Benin sur « recommandation de Dieu ».

 Tous les mercredis de 19 heures à 21 heures, la prière ardente censée mettre à mal les efforts des esprits maléfiques à la base des difficultés des fidèles et de la population en général se déroule sur les lieux. De bouche à oreille, la mission  et les prières de la mission font des émules. Depuis trois semaines, Symphorose Labitan s’est habituée a ce lieu. Fidèle d’une autre communauté évangélique, elle a rejoint sur insistance d’une collègue de service, cette nouvelle église a l’endroit de laquelle elle ne tarit pas d’éloges. La puissance du saint esprit qui agit, la force de la prière, la satisfaction à travers l’adoration constituent autant d’éléments d’appréciation qui font croire à ce fonctionnaire de l’administration publique de 39 ans que a Dieu est désormais présent dans sa vie.

 Des arguments, elle n’en manque pas pour se défendre : une mission imprévue a l’intérieur du pays dans le cadre de ses obligations professionnelles et son affectation en vue pour un projet plus important. Tout cela, Symphorose dit les devoir à son pasteur qui sillonne même périodiquement les résidences de ses fidèles pour des séances de prière à domicile.     

La Dépêche

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here