Home Société Fiançailles au Bénin : le gouvernement évoque la connaissance des parents

Fiançailles au Bénin : le gouvernement évoque la connaissance des parents

Fiançailles au Bénin : le gouvernement évoque la connaissance des parents
Fiançailles au Bénin : le gouvernement évoque la connaissance des parents

En conférence de presse lundi 25 octobre à propos des nouvelles votées à l’Assemblée nationale, le ministre de la Justice, Sévérin Quenum s’est prononcé sur la reconnaissance légale de la connaissance mutuelle des parents des futurs époux comme acte de fiançailles au Bénin.

Pratique traditionnelle jadis sans fondement juridique, la pratique de la connaissance des
parents des prétendants au mariage est désormais institutionnalisée. Sévérin Quenum,
le ministre béninois de la Justice s’est prononcé sur une modification portée au code des personnes et de la famille votée par les députés.
« Désormais, c’est institutionnalisé, c’est contenu dans le code des personnes et de la famille et reconnue comme telle, de telle sorte qu’après cette cérémonie, de présentation réciproque des parents, les deux personnes en cause deviennent fiancées. Cela signifie donc que la connaissance mutuelle des parents opère ou s’analyse en nous des fiançailles », a déclaré le ministre Quenum en conférence de presse conjointe avec des membres du
gouvernement lundi 25 octobre 2021.

Selon le Garde des Sceaux, il s’agit désormais d’« un contrat auquel la loi attache des
conséquences ». Il souligne que la connaissance mutuelle des parents a toujours été une pratique traditionnelle importante dans toutes les communautés béninoises. «Dans toutes nos communautés, dans toutes nos cultures, le mariage, s’il est célébré à l’état civil, est presque toujours précédé par la connaissance mutuelle des parents. C’est-à- dire, cette cérémonie traditionnelle au cours de laquelle les parents des futurs époux se présentent réciproquement et prennent acte en quelque sorte de l’union future de leurs enfants », a-t-il dit.
Dans la nouvelle mouture du code des personnes et de la famille, le législateur béninois a aussi retiré aux hommes, l’exclusivité d’attribuer leur patronyme à l’enfant né d’un mariage. Des modifications offrent désormais la possibilité aux femmes de voir leurs patronymes figurés sur l’acte de naissance des enfants.
Banouto

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here