Home Société Les violeurs désormais castrés à vie au Pakistan

Les violeurs désormais castrés à vie au Pakistan

Les violeurs désormais castrés à vie au Pakistan
Les violeurs désormais castrés à vie au Pakistan

Les délinquants sexuels reconnus coupables de viols multiples au Pakistan pourraient subir une castration chimique. Cette sanction intervention suite à l’adoption par le Parlement d’une nouvelle législation visant à accélérer les condamnations et à imposer des peines plus sévères.

Le projet de loi est une réponse à l’indignation du public face à la récente flambée des cas de viols de femmes et d’enfants dans le pays, et à la demande croissante de mesures efficaces pour lutter contre ce crime.

L’adoption de ce projet de loi intervient près d’un an après que le président Arif Alvi a approuvé la nouvelle ordonnance contre le viol, approuvée par le cabinet pakistanais, qui prévoit la castration chimique des violeurs avec le consentement du condamné et la création de tribunaux spéciaux pour accélérer les procès.

Le projet de loi sur le droit pénal (amendement) de 2021 a été adopté avec 33 autres projets de loi par la session conjointe du Parlement mercredi. Il vise à modifier le Code pénal du Pakistan, 1860, et le Code de procédure pénale, 1898.

Selon le projet de loi, « la castration chimique est un processus dûment notifié par des règles établies par le Premier ministre, par lequel une personne est rendue incapable d’avoir des rapports sexuels pendant une période de sa vie, déterminée par le tribunal, par l’administration de médicaments qui doit être effectuée par un conseil médical notifié ».

Le sénateur Jamaat-i-Islami Mushtaq Ahmed a protesté contre le projet de loi, qu’il a qualifié d’anti-islamique et de contraire à la charia. Il a déclaré qu’un violeur devait être pendu publiquement, mais que la castration n’était pas mentionnée dans la charia.

La castration chimique consiste à utiliser des drogues pour réduire l’activité sexuelle. Selon les médias, il s’agit d’une forme légale de punition dans des pays comme la Corée du Sud, la Pologne, la République tchèque et certains États des États-Unis.

Selon les critiques, moins de 4 % des cas d’agression sexuelle ou de viol au Pakistan aboutissent à une condamnation.

Doingbuzz

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here