Home Société Lutte contre la prostitution: un juriste brise le silence

Lutte contre la prostitution: un juriste brise le silence

Lutte contre la prostitution: un juriste brise le silence
Lutte contre la prostitution: un juriste brise le silence

Depuis quelques moments les filles de joie de Cotonou souffrent le martyr entre les mains du préfet du département, Alain Orounla qui estime que leur profession ne concorde pas avec l’ambition de modernité de la ville vitrine. L’ancien ministre porte parole du gouvernement promet la fermeture de toutes les maisons de tolérance. Appréciant la démarche de l’autorité préfectorale, Bob Yaovi Liassidji, juriste de formation affirme que la prostitution tout comme le racolage ne sont pas des délits au Bénin.

Dans un entretien accordé à « Le Matinal », l’enseignant à l’université de Parakou apprécie le fondement juridique du combat lancé depuis peu par le chef du département du Littoral. A croire Bob Yaovi Liassidji, si on doit suivre le principe de la légalité des délits et des crimes, la prostitution et le racolage ne sont pas des délit au Bénin. « Mais des pratiques, des manœuvres et des circonstances peuvent entourer la commission de ces actes qu’on peut qualifier de délit »; nuance-t-il.

Lorsque vous prenez le code pénal actuellement en vigueur en République du Bénin, avec la loi N°2018, vous comprendrez aisément qu’en République du Bénin, ne sont punis que les pratiques liées au proxénétisme et à l’excitation de mineure à la débauche, explique-t-il.

Les prostituées ne peuvent faire objet de condamnation…

Pour Monsieur Yaovi Liassidji , professeur à l’université de Parakou, la détermination du préfet Alain Orounla ne peut pas conduire à la condamnation des filles qui font objet d’interpellation ou d’arrestation puisque l’acte de prostitution par lui-même ou en lui-même n’est pas constitué de délit prévu et puni par le code pénal en vigueur en République du Bénin.

Or, poursuit le juriste dans ses explications, le Bénin est régi par un texte tout à fait clair qui postule le principe de légalité des crimes, des délits et des peines. « Tant que le fait n’est pas prévu et puni par la loi, aucune autorité fut-elle un préfet de département à l’arrestation aux fins de présenter au procureur de la république, les personnes qui s’y adonnent » , conclut-il.

BWT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here