Home Société Meurtre de George Floyd : Luc Gnacadja condamne le silence de certains...

Meurtre de George Floyd : Luc Gnacadja condamne le silence de certains dirigeants africains

benintimes-meurtre-de-george-floyd-luc-gnacadja-condamne-le-silence-de-certains-dirigeants-africains-01
benintimes-meurtre-de-george-floyd-luc-gnacadja-condamne-le-silence-de-certains-dirigeants-africains-01

Pour Luc Gnacadja, il est impossible de concevoir qu’après la mort de George Floyd, certains dirigeants africains restent silencieux. Pour lui les dirigeants africains sont appelés à montrer la voie à leurs peuples.

Le meurtre raciste de l’Afro-américain, George Floyd, continue de faire des vagues dans le monde. Ainsi dans un récent post Facebook, l’activiste politique, Luc Gnacadja, a dénoncé le fait que les dirigeants africains sont « restés atones et aphones devant cette ignominie ».

Selon ses dires, les dirigeants africains sont capables de condamner l’attentat contre Charlie Hebdo en France, mais quand il s’agit de défendre le meurtre raciste d’un des leurs, ils deviennent muets.

« Ils étaient presque tous Charlie, mais aujourd’hui, (presque) aucun n’est George Floyd », a écrit l’ancien ministre de l’environnement du régime Kerekou. Pour cet ancien fonctionnaire des Nations unies, c’est le moment pour nos dirigeants africains de montrer à leurs ressortissants et aux Afro-descendants, une meilleure opinion d’eux-mêmes.

« L’Afrique a besoin de dirigeants décomplexés parce que guéris de leurs réflexes d’extravertis et parce qu’étant pleinement responsables et redevables à leurs peuples », a-t-il affirmé.

Aux premières heures du décès de George Floyd, l’Union africaine, à travers Moussa Faki Mahamat, avait fortement condamné ce meurtre raciste. Pour Luc Gnancadja, les dirigeants africains devraient se libérer de cette condition d’aliénation envers les Blancs.

Dans ces propos, après la mort de George Floyd, le président de la commission de l’Union africaine a fait savoir que le continent « réaffirme et réitère fermement son rejet des pratiques discriminatoires persistant à l’encontre des citoyens noirs des États-Unis d’Amérique » .

La mort de George Floyd a suscité beaucoup de manifestations violentes au sein des villes aux États-Unis. Ce qui n’est pas le cas en Afrique, s’indigne aussi l’ancien ministre. « Que restera-t-il en Afrique du mouvement (presque) mondial (et peu africain) d’indignation que le meurtre (de George Floyd) a suscitée ? », s’est-il interrogé.

1 COMMENT

  1. Bof !! Les chefs d’état d’Afrique noire francophone ne pouvaient être

    que Charlie vu qu’ils sont des pions de la Françafrique… Par-contre,

    ces derniers ne peuvent pas être George Floyd vu que Donald Trump avait

    traité de pays de merde un grand nombre de pays africains… Mais bon, à

    bien regarder, les USA sont eux aussi un pays de merde… Franchement,

    un pays où le port d’armes & le racisme inter-communautaire sont

    banalisés, ça ne peut pas être un pays de rêve… Et d’ailleurs, ça

    aurait changé quoi que les dirigeants africains se disent George Floyd

    ?? Croyez vraiment que cela va faire reculer le racisme aux USA ??

    NON. Croyez également que cela va attendrir le cœur des Afro-Américains ??

    NON. Les Afro-Américains ne sont pas différents des Noirs des Antilles

    françaises ou encore ceux de La Réunion pour qui l’Afrique ne signifie

    RIEN… En clair, pas de temps à perdre. Quand il y a des catastrophes

    en Afrique noire, les Afro-Américains ne s’en émeuvent pas… Donc, il

    est préférable que « chacun reste » « à sa place ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here