Home Société Neuer : l’UEFA abandonne son enquête son brassard arc-en-ciel

Neuer : l’UEFA abandonne son enquête son brassard arc-en-ciel

Neuer : l'UEFA abandonne son enquête son brassard arc-en-ciel
Neuer : l'UEFA abandonne son enquête son brassard arc-en-ciel

Le gardien de l’Allemagne a montré son soutien à la communauté LGBT+ en portant un brassard arc-en-ciel.

La Fédération allemande de football (DFB) a confirmé que l’UEFA avait mis fin à son enquête sur le brassard de capitaine aux couleurs de l’arc-en-ciel de Manuel Neuer.

Goal et SPOX ont pu confirmer des informations antérieures de RTL et NTV selon lesquelles l’UEFA avait ouvert une enquête sur la DFB et le gardien de but pour avoir porté ce brassard spécial.

Neuer a porté un brassard arc-en-ciel pour montrer son soutien à la communauté LGBT+ pendant le « mois des fiertés » lors des rencontres de l’Euro 2020 contre la France et le Portugal. Il l’a également porté lors de la victoire en amical contre la Lettonie avant le tournoi.

Lors de l’ouverture de l’enquête, il est apparu que l’UEFA avait déterminé qu’il s’agissait d’un symbole politique et qu’elle avait interdit de telles manifestations aux joueurs et aux équipes.

Dans une déclaration, la DFB a confirmé : « L’UEFA a informé aujourd’hui la DFB qu’elle avait mis fin à l’examen du brassard de capitaine arc-en-ciel porté par [Manuel Neuer]. Dans une lettre, le brassard a été évalué comme un symbole d’équipe pour la diversité et donc pour une ‘bonne cause’. »

L’attaché de presse de la DFB, Jens Grittner, avait déclaré plus tôt : « Il est vrai que le brassard de capitaine est en cours de vérification. Nous allons également en discuter avec l’UEFA.

« Le règlement stipule que le brassard fourni officiellement par l’UEFA doit être porté. Le mois de juin est aussi l’année de la « Fierté » dans le sport pour défendre une plus grande diversité. Cette année, la DFB participe à diverses campagnes. Manuel Neuer porte le brassard arc-en-ciel depuis le match amical contre la Lettonie, le 7 juin, en tant que symbole et engagement clair de toute l’équipe en faveur de la diversité, de l’ouverture et de la tolérance, et contre la haine et l’exclusion. Le message est le suivant : nous sommes colorés ! « 

L’enquête intervient au moment où l’instance dirigeante du football européen est critiquée pour avoir affirmé que Budapest pourrait se voir attribuer un rôle plus important dans l’Euro 2020.

La star danoise et de Chelsea Pernille Harder a demandé à l’UEFA de « faire un pas en avant » et de ne pas déplacer d’autres matches en Hongrie après que le gouvernement a introduit une nouvelle législation anti-LGBT+.

La Puskas Arena a accueilli deux matches du tournoi et il en reste deux autres à jouer dans la capitale hongroise : le choc du groupe F entre le Portugal et la France et un huitième de finale.

Mais l’UEFA n’a pas exclu de déplacer les demi-finales et la finale de l’Euro 2020 de Wembley si les restrictions Covid-19 au Royaume-Uni ne sont pas levées. Le Times a récemment rapporté que les ministres discutent d’une proposition visant à exempter les officiels, invités et sponsors de l’UEFA, ainsi que les diffuseurs internationaux, de l’obligation de rester en quarantaine pendant 10 jours après leur arrivée au Royaume-Uni.

Budapest a été présentée comme l’alternative favorite pour accueillir ces matches, mais Pernille Harder a appelé l’UEFA à regarder ailleurs.

Harder a tweeté : « Dévastée de voir que le parlement hongrois a adopté cette semaine une nouvelle législation anti-LGBT+ qui criminalise l’éducation et la publicité des contenus LGBT auprès des jeunes. Nous, la communauté LGBT+, sommes des personnes. Nous sommes des êtres humains. Nous méritons le droit d’être traités comme tout le monde.

Mes pensées vont au peuple hongrois, mais surtout aux différentes communautés LGBT du pays. Le monde du football a une nouvelle occasion de se mobiliser. J’espère que l’UEFA prendra cela au sérieux et reconsidérera la possibilité de déplacer d’autres matches de l’Euro à Budapest. Un jeu égal ? »

L’UEFA enquête actuellement sur des allégations de discrimination à la Puskas Arena lors des deux matchs qu’elle a accueillis jusqu’à présent.

Des images de bannières anti-LGBT+ dans l’arène ont été partagées sur les réseaux sociaux lors de la défaite de la Hongrie contre le Portugal et l’UEFA a annoncé qu’elle avait nommé un enquêteur pour examiner la question.

Une déclaration a été faite : « Conformément à l’article 31(4) du Règlement disciplinaire de l’UEFA, un inspecteur de l’éthique et de la discipline de l’UEFA a été nommé pour mener une enquête disciplinaire concernant de potentiels incidents discriminatoires qui se sont produits dans la Puskás Aréna, à Budapest, lors des matches de la phase de groupes du Championnat d’Europe 2020 entre les équipes nationales de Hongrie et du Portugal le 15 juin 2021 et entre les équipes nationales de Hongrie et de France joués le 19 juin 2021. »

Les préoccupations concernant la discrimination à Budapest surviennent quelques jours seulement après que le gouvernement a adopté une législation controversée. Cette législation interdit aux écoles de diffuser des contenus jugés favorables à l’homosexualité et au changement de sexe.

Le parti Fidesz de Viktor Orban a joint ces changements à un projet de loi distinct pénalisant la pédophilie, ce qui a rendu difficile pour les autres partis de voter contre.

Le premier ministre nationaliste s’en prend de plus en plus à la communauté LGBT+ et a été fortement critiqué par les groupes de lutte contre la discrimination et de défense des droits de l’homme.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here